École de yoga d'évian

Yoga de l'énergie

Stacks Image 271

Énergie d'hiver


16-17 Décembre 2017
Conférence - Françoise Lesclaux
"à la croisée du souffle : la figure du guerrier, chaos et cosmos "

Formateurs du week-end
Année 1: Danielle
Année 2: Christine et Catherine
Année 3: Géraldine
Année 4: Philippe
Post-Formation: Martine - Yoga nidra védique


"L'ambiance d'hiver" :

L'hiver tout se passe dans la profondeur : tout se recentre vers notre énergie vitale essentielle. Pour les plantes (grand corps) il y a repos extérieur de la nature, tout semble immobile et mort, alors qu'il y a un travail intense à l'intérieur : les racines croissent.
L'élément dominant "de saison" est l'EAU. Ambiance de nuit, froide et humide (jours les plus courts). Systèmes des liquides du corps gouvernés par Svaddhistana (système génito-urinaire) et par le cycle lunaire (les marées, les règles). C'est le développement de la vie utérine (dans la poche des eaux pour le bébé), le calme des grands fonds.
Dans le silence de la nuit, le sens principal est l'ouïe, facilement liée à la peur (les sphincters lâchent ! "avoir froid dans le dos", "avoir les sangs tout retournés"). Les tissus osseux ("glacé jusqu'aux os") caisse de résonnance, réserve minérale, production de globules rouges, sont de "saison" avec les fonctions "Rein-sexe / vessie". C'est une saison d'état (par rapport aux saisons de mouvement) et de contraste : Noir et blanc ; froid et chaud ; ténèbres et lumière ; intérieur et extérieur...
La fête païenne de Noël vient de la nuit des temps. Elle manifeste la soif de lumière au coeur de l'hiver et la Félicité au fond de toute réalité.

Énergie de la nuit et de la profondeur

Il y a un profond mouvement de l'extérieur vers l'intérieur. Deux facteurs interviennent : présence massive de la nuit et action du froid qui rétracte à l'extérieur et condense l'énergie à l'intérieur. Cette énergie secrète, en action, rayonne en une clarté de l'intériorité. Dans le silence des profondeurs s'active l'inconscient et le supra-conscient. C'est un retour vers l'essentiel, vers le coeur des choses."
extraits de la documentation distribuée au week-end...

"Énergie lunaire, énergie féminine

Le Ha - Tha Yoga est le yoga des énergies complémentaires, lunaire et solaire. Le Tantrisme dit la même chose en employant le symbolisme du masculin et du féminin : Shiva et Shakti. Dans notre pratique, l'hiver est la période favorable pour prendre profondément conscience de la dimension féminine de notre être. Notre mode de vie (p. ex. l'électricité, maison...) a tendance à nous éloigner de cette énergie, de la nuit et du cycle lunaire. De même nous sommes très loin de la réalité massive de l'eau en nous. L'eau est à l'origine de la vie. Elle est, de loin, notre constituant principal. L'ambiance liquide est une sensation très particulière. Elle est à rejoindre et à faire vibrer dans toutes les relaxations et pratiques d'hiver. L'activation de la vessie par le bruit de l'eau qui coule est bien connue de toutes les mamans.
L'énergie féminine en nous, dans son affinité profonde avec la vie, est à redécouvrir en complémentarité avec notre énergie masculine. La sensibilité vitale et la richesse de la palette d'activations émotives sont l'apanage de notre féminin.
Le Yoga de la vibration sonore est directement lié à la spiritualité. Le son est à la racine de l'univers - le Big-Bang ! Dans notre pratique nous insistons sur le fait de sentir intérieurement la vibration (main sur le sternum pour commencer) de la voix parlée. Ceci pour le réaliser dans le quotidien comme moyen très concret d'une présence intérieure à soi-même (petit corps)... et au "grand corps". Le murmure est un moyen très riche pour chercher à faire vibrer telle ou telle partie du corps dans les postures."

Yoga et Postures


L’énergie de vie

Fermez les yeux, retirez-vous au-dedans, allez ressentir les manifestations intérieures de vie : que ressentez-vous ? La chaleur intérieure ? les mouvements de la respiration ? le passage de l’air aux narines ? les battements du sang ? Le fourmillement de la vibration des cellules ?... Les possibilités sont nombreuses. Où en êtes-vous de cette descente dans la profondeur de votre corps vivant ? Où en est votre exploration ? «Par derrière il doit y avoir en nous quelque chose de plus vaste, plus profond, plus vrai ...» nous dit Sri Aurobindo. L’hiver est favorable a des plongées dans la profondeur et le programme vous indique des pistes simples dans ce sens.

Les équilibres et le dedans

Les postures d’équilibre sont un bon chemin de perceptions intérieures. Elles nécessitent un important ajustement musculaire commandé par un dialogue extrèmement rapide des influx sensitifs qui informent et des influx moteurs qui commandent aux muscles. Elles invitent naturellement à une présence intérieure, si on veut participer à ce qui se passe au-dedans. Le calme mental laisse plus de place à cette intensité du fonctionnement nerveux. L’agitation mentale est immédiatement sanctionnée : l’équilibre ne tient pas. Chaque forme d’équilibre, debout, assis, à genoux, en fente, sur le flanc, à quatre pattes, inversé etc... aide à stimuler et à explorer du dedans des zones neuro-musculaires différentes et complémentaires.

Les étirements

Les étirements produisent aussi l’occasion facile d’aller rechercher les sensations proprioceptives ou viscéroceptives. Selon l’intention choisie (ou inconsciente) ce sont les incidences musculaires, ou articulaires, ou ligamentaires, fasciales, osseuses etc... qui seront ressenties. Ces prises de conscience nouvelles, ces dévoilements des dessous de nos fonctionnements de surfaces peuvent jouer un grand rôle dans la création permanente de réseaux de neurones aux différents niveaux : plexus, moëlle épiniaire, cervelet, tronc, bulbe, cortex…

Les gestes ralentis

Dans les mouvements ordinaires, la conscience intérieure a été depuis longtemps oubliée, noyée dans une masse d’habitudes au service de l’extériorité. Les gestes ralentis favorisent la démarche d’intériorisation essentielle au Yoga. Au début, aller deux fois plus lentement ne suffit probablement pas à entrer à l’intérieur. Avec l’intention d’aller ressentir au-dedans, chacun peut doser la lenteur qui permet de se connecter et d’inverser la direction des sens. Le geste d’élever les mains au dessus de la tête et de s’étirer vers le ciel, dans la salutation au soleil, se pratique ordinairement sur une inspiration. Après l’expire, mains devant la poitrine, tout le temps de l’inspire sera consacré à ressentir du dedans, les mains s’élever jusqu’au visage - pas de mouvement pendant l’expire et détente. Puis vivre le même rythme d’élevation par le dedans sur l’inspire - et la détente sur l’expire. Ce n’est qu’au bout du troisième inspire que l’étirement complet s’instaure... - même processus très conscient au retour. Le but n’est pas la lenteur mais la conscience intérieure. Ce type de pratique peut être vécu pour n’importe quelle posture. Il conduit à cette présence profonde dans son corps qui permet de se rendre compte que nous ne sommes jamais immobile : tout bouge en nous à différents niveaux. La vie est mouvement. «La posture est le mouvement ralenti à l’extrême» disait Roger Clerc.
…..
extrait de la documentation distribuée aux participants

Samedi
Accueil et secrétariat : 8h15
9h00-12h00 : pratique
12h00 : déjeuner
13h30 : conférence
14h30-18h30 : pratique
18h30 : méditation en commun
19h00 : dîner
20h15-21h15 : présentation énergie de saison (vidéo-projecteur)
Dimanche
7h00-8h00 : pratique
8h00 : petit déjeuner
9h00-12h00 : pratique
12h00 : déjeuner
13h30-16h00 : pratique