École de yoga d'évian

Yoga de l'énergie

Stacks Image 271

L'énergie "Printemps"


10-11 Mars 2018
Conférence - Géraldine: Les Koshas


Formateurs du week-end
Année 1 : Christine et Catherine
Année 2 : Géraldine
Année 3 : Philippe
Année 4 : Martine
Post-Formation: Danielle - Yoga des yeux


Les éléments à assimiler :
Ambiance
Élément "feu de l'action"
Le guerrier
Agni : le feu sacré
Énergie des Chakra
Énergie et intelligence musculaire
La vue - visualisation - Yoga des yeux
"Foie - Vésicule biliaire"

L'Ambiance de saison :

Pour comprendre des aspects de notre fonctionnement énergétique, nous pouvons regarder ce qui se passe dans la nature (notre «grand corps»). Alors que durant l'hiver l'activité énergétique s'était tournée vers la profondeur et le dedans, au printemps cette énergie jaillit et exprime à l'extérieur ce qui vient de l'intérieur.

Printemps = action

«L'élément feu», (Têjas)- feu de l'action - symbolise cette saison, car le feu n'existe qu'en brûlant, qu'en agissant ! Le feu change la nature de ce qu'il brûle, tout comme l'action trans-forme (change de forme). Il produit lumière et chaleur, rend malléable ce que le froid durcit. Symbole de l'ardeur, de l'intensité, c'est Tapas en sanskrit, pour caractériser la pratique du yogi (voir les Niyama dans les Yoga Sutra de Patanjali). En français, un tempérament de feu désigne une personne très active. (Les chinois ont choisi un symbole plus bucolique comme "élément - mouvement" pour cette saison et parlent du rameau de verdure qui prolonge le bourgeon : élément «bois»).

Le guerrier

Dans la plupart des civilisations anciennes, l'homme d'action, c'était le guerrier (le chevalier, le samouraï, le guerrier peau-rouge ou africain...). On devient "guerrier" en passant par des rites d'initiation, des "épreuves" qui ont pour but, par l'intensité, de favoriser des changements d'état de conscience et donc une autre vision du monde. Le Mahâbhârâta, immense mythe dont un des chapitres est la Bhagavad Gîtâ, donne la situation de "guerrier" (Arjuna) comme celle qui est la meilleure pour suivre la voie de la spiritualité (représentée par Krishna). Dans le même esprit, le guerrier, selon Don Juan Matus doit "acquérir du pouvoir personnel", développer sa vigilance et activer son lien avec l'intention. Cette démarche est ici clairement une invitation à une rigueur avec soi-même. «Ce n'est qu'au prix d'un entraînement constant que notre pratique se stabilisera...» Dilgo Khyentsé Rimpotché.

Ardeur et lumière spirituelle : le feu sacré

Par son pouvoir, le feu a toujours été objet de fascination pour l'homme («la guerre du feu»). Dans le Rig Véda, Agni, le feu, est une de ces énergies universelles majeures chantée dans les hymnes. Surya, la boule de feu qu'est le soleil, dispensant à profusion lumière et chaleur, et par là, la vie, est également un des grands dieux védiques. C'est le symbole de l'illumination spirituelle (Sri Aurobindo - Le secret des Veda). Dans toutes les tentatives d'élévation spirituelle et d'ouverture à la réalité toute entière, le feu est toujours un des symboles les plus puissants (cierge pascal des chrétiens, cérémonies du feu dans toutes les religions - Agnihotra, rituel quotidien central de l'hindouisme…)

Énergie et intelligence musculaire

En l'homme, la capacité d'action transformatrice s'accomplit pour une bonne part grâce au système musculaire (45% du poids corporel !) et à l'alchimie du "feu digestif" comme dit la Hatha Yoga Pradipika.

Nous utilisons les muscles à chaque instant. Ils fonctionnent par des automatismes acquis dès l'enfance. L'entraînement musculaire en yoga est clairement régi par la conscience. Pour sortir de l'inconscience des habitudes, rejoindre avec acuité l'énergie musculaire localisée et dosée (=changer d'état de conscience) ; dosage intelligent de l'intensité, de plus en plus fort et de plus en plus subtil.
On peut ressentir
- l'état de tonus d'un muscle ou d'un ensemble de muscles (= il y a une excitation de base qui permet la contraction immédiate) ;
- l'état contracturé (= il y a contraction permanente exagérée et parasite ; le tissus musculaire devient fibreux, p. ex. la musculature du dos ou des épaules ou du cou... ) ;
- les différentes intensités d'énergie qui donnent différents niveaux de contraction ;
- les chaînes musculaires, en commençant d'un bout ou de l'autre ;
- les états de recharge en énergie, après la dépense d'énergie ;
- les degrés de détente musculaire pour faire cesser le tonus et bénéficier d'une régénérescence particulière du tissus musculaire.

Le croisement des forces musculaires du bas (les jambes) et des forces du haut (bras - thorax) s'effectue au niveau du ventre (le hara en japonais). Ce centre de force est appelé Manipura (cité des joyaux) en sanskrit. Le sentiment d'énergie d'action, avec le ventre pour centre, est éveillé particulièrement dans des postures du type "cavalier", ou dans les diagonales, ou dans les torsions... "
Au XVIII siècle, en voyant que l’équation de la gravitation universelle était si simple et permettait d’éclairer tant de problèmes les notions de force et de mécanisme sont devenues l'outil indispensable de la compréhension du monde. Parmi les recherches alors dynamisées par le développement de la physique de Newton, l’une, dont les conséquences ont été les plus importantes, est celle d’une « physique sociale » sensée déterminer les conditions du bonheur. Au XIX siècle, alliée à une certaine conception du développement économique, l’idée scientiste que ce dernier pourrait être un produit automatique du progrès technique et d’une organisation scientifique de la société a alors fait son chemin. Notant pourtant que dans l’euphorie de la croissance, des générations entières étaient sacrifiées sur l’autel du « Progrès » (condition ouvrière, travail des enfants…) des doutes sont rapidement apparus sur le caractère « automatique » des bienfaits du « progrès » et Ernest Renan (1823-1892), pourtant l’un des maîtres à penser du scientisme, exprime ses craintes de voir au contraire l’enfer se développer sur la face de la Terre. Plus tard, Albert Einstein déclarera qu’il est illusoire et dangereux de tout attendre de la science car «  la connaissance de ce qui est ne nous renseigne jamais sur ce qui doit être. »
Où en sommes nous aujourd’hui sur la question du rôle de la science et de son utilisation ? Les sciences sont-elles toujours utilisées à bon escient ? Au nom de quelles priorités ? L’être humain et son bien-être en sont-ils le principal moteur ? En distinguant science et scientisme il devient possible d’y réfléchir véritablement.

Yoga et Postures


Printemps :

L’Énergie de printemps dans la nature est très présente dans tous les esprits : un foisonnement de vie, de bourgeons et de fleurs. Qu’en est-il, en nous, de tout ce mouvement ? C’est évidemment toutes les facettes de notre être qui sont partie prenante de ce bouleversement : nous sommes “printemps” comme l’arbre ou la plante sont “printemps” ! Notre mental analytique nous donne souvent une image dissociée : il y a “nous”, et le printemps qui, éventuellement nous affecte plus ou moins.

Eckart Tolle dans “Nouvelle Terre” p.1 souligne l’importance de “ces êtres délicats et parfumés que nous nommons “fleurs”. “Les fleurs furent fort probablement la première chose à laquelle les humains, dotés d’une conscience en développement, attribuèrent une valeur aucunement utilitaire, une valeur sans lien avec la survie.” Elles nous conduisent “au-delà” vers la source de la beauté, la Source. “Plus éphémères, plus éthérées et plus délicates que les plantes dont elles sont issues, les fleurs sont devenues… un pont entre le monde physique manifesté et le monde non manifesté. Elles correspondent, dit-il, à un état “d’illumination” pour les plantes, “l’expression manifestée de ce qui est le plus élevé, le plus sacré et en fin de compte le non manifesté en nous” p.2.

Le printemps c’est l’énergie de vie dans la phase “naissance”. Et là aussi, laissons-nous toucher, émerveiller par toutes les formes de naissance, de jaillissement de vie. “On peut dire que toute forme de vie issue de n’importe quel royaume - minéral, végétal, animal ou humain - passe par une “illumination”. Elle est déjà là dans la fraîcheur de la naissance.

Les aspects “Printemps” de la posture :

En plus des muscles spécifiques des énergies “Foie - Vésicule Biliaire”, c’est la musculature globale qu’il est bon de stimuler avec ardeur : posture du guetteur et variantes ; posture du cavalier ou du chandelier avec contraction en trois degrés d’intensité ; posture du bâton allongé sur le sol avec appui talons-tête ; Virabhadrasana, etc.. etc… Pour bénéficier pleinement de cette activation, une relaxe profonde prolongera l’intensité de l’énergie musculaire et favorisera la recharge en énergie.

Bienfaits de l’intensité musculaire en yoga

Les muscles se font et se défont très rapidement. En une semaine de pratique les résultats s’observent facilement : Agissez avec intelligence en ressentant vos capacités du moment sans aller au-delà. Un peu, c’est beaucoup si vous le vivez pleinement, d’instant en instant en abandonnant la projection dans un but. Chaque instant est le but ! Vivez le pouvoir de transformation de l’instant présent, le pouvoir de la “présence” à l’instant de vie. Accueillez une autre manière d’être où l’action est toute imprégnée de conscience.
- L’intensité musculaire active la circulation sanguine : ne vous contentez pas de ce savoir : entrez dans la connaissance de cette réalité en vivant, en étant ce rythme et ces pulsations de vie.
- Elle active aussi l’intensité vibratoire des cellules du corps : rejoignez ce fourmillement de vie.
- Les fonctions d’éliminations sont stimulées.
- Le foie est sollicité pour distribuer le glucose et transformer les graisses en glycogène.
- Elle favorise les multiples fonctions du métabolisme.
La respiration est modifiée.

Yoga des yeux et postures

Les liens entre l’énergie foie et la vue prennent beaucoup de sens quand on réalise combien la vue est au service des actions musculaires de tout notre corps dans le quotidien. Sur la base de cette constatation, il devient important de développer un “yoga des yeux” au cœur même de la séance de yoga.

extrait de la documentation distribuée aux participants

Samedi
Accueil et secrétariat : 8h15
9h00-12h00 : pratique
12h00 : déjeuner
13h30 : conférence
14h30-18h30 : pratique
18h30 : méditation en commun
19h00 : dîner
20h15-21h15 : présentation énergie de saison (vidéo-projecteur)
Dimanche
7h00-8h00 : pratique
8h00 : petit déjeuner
9h00-12h00 : pratique
12h00 : déjeuner
13h30-16h00 : pratique