Témoignages & articles

Naissance par « césarienne douce »

Projet de naissance discuté avec le Dr Behlia Hôpital de Morges, le 14 janvier 2019

Témoignage Myriam Bourgeois, Maman de Timeo

YMF2

Il y’a 2 ans et demi, nous avions le magnifique projet de mettre au monde notre enfant à la maison. Suite à une stagnation de la dilatation du col et de l’utérus rétracté, nous avons quitté notre petit nid douillet illuminé à la lueur des bougies et aux odeurs d’huiles essentielles pour rejoindre l’hôpital de Morges, puis le bloc opératoire. Gros choc, grande déception... nous n’y étions pas préparés.
Etant, à ce moment-là, en pleine formation de Yoga Maternité à l’école d’Evian, j’ai choisi d’écrire mon petit mémoire sur le « Yoga Maternité et les césariennes » afin de guérir de cet accouchement et de me préparer à un éventuel futur accouchement qui allait devoir se faire obligatoirement par césarienne (dû aux complications de ce premier accouchement, césarienne en T).

C’est alors que j’ai fait des recherches sur les césariennes. Comment les rendre plus douces, plus participatives et plus en conscience. J’ai trouvé beaucoup de réponses dans les livres et sur des sites internet. J’ai voulu compléter ma compréhension en interviewant des femmes ayant, elles aussi, vécu la césarienne. Puis je me suis retournée vers les spécialistes du domaine, dont Dr. Behlia qui a mis au monde notre premier enfant. Je lui ai demandé s’il était envisageable de mettre en place le peau à peau dès la naissance, de pouvoir voir l’enfant sortir du ventre, de tamiser un peu la lumière de la salle d’opération, bref, de rendre la césarienne plus chaleureuse, humaine et moins centrée sur le côté médicalisé. A ce moment-là, pour des raisons techniques, rien ne semblait possible à l’hôpital de Morges.

2 ans plus tard, alors que je suis enceinte de 8 mois et que nous évoquons, avec Dr Behlia, notre projet de naissance au plus proche de nos valeurs et de nos envies, je découvre que nous aurons peut-être la chance de vivre l’une des premières césariennes dite « douce » avec la possibilité de voir notre bébé sortir et faire du peau à peau. Je suis aux anges... Quel chemin parcouru durant ces deux dernières années. J’en profite pour féliciter et remercier le Dr Behlia ainsi que l’équipe des sages-femmes pour toute l’énergie investie dans ce magnifique projet.

Le grand Rendez-Vous...
Nous voilà au jour J, l’arrivée par « césarienne douce » de notre bébé !
Il est 10 heures, nous sommes, le sourire aux lèvres, au bureau des admissions puis montons en chambre pour la préparation de l’arrivée de notre petit trésor. C’est Marie, sage-femme, qui nous accueille et nous installe. Premier petit ange de la journée... Elle a eu les mots justes pour nous mettre en confiance, merci. Nous sommes décontractés, on rigole et on attend le grand moment avec impatience. Dr. Behlia passe nous dire bonjour et nous confirme que notre projet de naissance a été communiqué à toute l’équipe présente pour cette césarienne. Là aussi, des mots qui nous rassurent et nous gardent confiants pour cet accouchement que nous souhaitons différent de notre première expérience. Puis arrive la pédiatre avec toutes les craintes que peuvent avoir les pédiatres étant mis face aux différentes difficultés et problématiques des naissances. Elle nous informe que les risques sont beaucoup plus élevés si nous gardons le bébé en peau à peau vu la froideur de la salle d’opération... bref, elle fait son travail mais personnellement, je pense que ce sont des informations qui devraient être transmises avant le jour J pour ne pas déstabiliser les couples. Etant totalement confiants dans notre démarche, nous n’avons pas fait cas et avons gardé l’information d’être vigilants par rapport à la température du bébé et étions prêts à changer de voie et laisser le Papa partir avec notre bébé dans un lieu chauffé. On attend encore un peu, l’adrénaline monte... puis c’est notre tour

On me propose de descendre à pied, ce qui est une excellente idée et qui change toute la dynamique dans laquelle je suis arrivée au bloc opératoire ! On m’accueille avec le sourire et avec humour, ce qui détend aussi tout de suite l’atmosphère de l’endroit.
On me prépare sur la table pour l’anesthésie rachidienne alors que Michaël s’habille pour la salle d’opération. Un moment peu agréable mais incontournable. Je mets en pratique les exercices d’haptonomie pour rester bien connectée au bébé, me centrer sur mes sensations d’appui sur la table tout en prenant conscience de l’espace et des personnes qui m’entourent, ce qui m’aide beaucoup pour ne pas partir dans des peurs. Une fois mes jambes endormies, on m’emmène au bloc accompagnée par un infirmier anesthésiste, qui me rassure, me parle, m’informe de ce qu’il se passe, j’ai beaucoup apprécié. Michaël me rejoint enfin. Notre séparation a semblé longue. Moment fort difficile pour Michaël, bloqué derrière la porte, se sentant si impuissant et qui n’avait qu’une envie, venir me soutenir. Il est content qu’on l’informe de ce qu’il se passe de mon côté. Cependant, voyant l’avancement des préparation, la peur de ne pas pouvoir être présent pour le commencement lui traverse l’esprit (peut-être y’a-t-il moyen de faire différemment ?)
Le champ est installé, la césarienne peut commencer. Michaël et moi sommes collés l’un à l’autre, on se soutient... mes mains sont libres je peux le toucher. Sa présence est un cadeau inestimable. Un gros mélange d’émotions puis voilà que le GRAND MOMENT arrive. Dr Behlia demande de tamiser la lumière et ils baissent le champ ... Nous allons enfin découvrir le visage, le sexe, l’énergie de notre bébé.
Voilà que le plus beau spectacle commence, la sortie de notre petit trésor. Emue par la magie de la Vie et la beauté de la scène, les larmes me viennent. Puis je passe de spectatrice à actrice, le Dr. Behlia me demande de pousser, ce que je fais sans vraiment sentir de contraction dans mon ventre ni savoir si ce que je fais est « juste ». Cependant, je suis active, j’y mets tout mon cœur et je suis à 100% avec notre bébé pour l’encourager, l’accompagner sur son chemin qui le mène vers nous. Dr. Behlia le guide vers la sortie puis le premier cris... L’émotion est forte, inoubliable.
Voilà que notre petit Timeo est dehors et j’ai pu participer, à ma manière, à cette magnifique naissance accompagnée et encouragée par mon chéri. La Nounou nous le présente et me le dépose sur la poitrine, je peux faire un bref peau à peau avant le contrôle rapide de la pédiatre. Timeo pleure un peu puis Michaël me le ramène bien emmitouflé sur le torse et depuis ce moment-là, c’est l’apaisement total, il est calme et serein. Le contrôle fréquent (mais très discret) de la température de Timeo est fait par les sages-femmes. Tout va bien, je le garde jusqu’à la fin des points de sutures, nous sommes des parents super heureux, reconnaissants et comblés !
Un grand sourire du Dr Behlia par-dessus le champ, nous avons réussi ce magnifique projet.

Puis nous partons, le sourire aux lèvres, à la salle de réveil tous les trois. Anouck, sage-femme et nounou du jour, nous accompagne avec beaucoup de bienveillance et de professionnalisme. Ils installent une sorte de ventilateur à air chaud dans le duvet, température parfaite pour Timeo. Tout se passe à merveille... Timeo cherche à téter, je peux le mettre au sein directement. Quel magnifique cadeau de pouvoir combler nos besoins respectifs d’amour, de chaleur, de proximité, de sécurité, d’allaitement dans les minutes qui suivent la naissance. Je reste persuadée que le fait de ne pas être séparés de son bébé à la naissance a un impact considérable pour le bébé et la Maman.

Je remonte en chambre avec Timeo deux heures plus tard, prête à accueillir notre « grand » garçon pour les présentationsJNous voilà à 4, comblés par l’arrivée de Timeo.
Je me lève pour la première fois 6 heures après l’opération. Je peux aller à la salle de bain sans trop de douleurs puis le lendemain, je me ballade dans les couloirs et assiste au premier bain de Timeo donné par son Papa.
Je ne dirais pas forcément que la césarienne soit douce car malgré tout ça reste une opération qui demande un peu de temps pour bien récupérer mais par contre je dirais que c’est une césarienne participative, dans le respect au plus proches des besoins du bébé et de la Maman.

En relisant mon mémoire du yoga maternité, je vois l’annexe d’un projet de naissance proposé par l’association Cesarine qui me faisait rêver il y’a deux ans... aujourd’hui, je l’ai vécu !

Nous ne pouvons que vous encourager à continuer ce magnifique projet au sein de l’hôpital de Morges.

Un immense MERCI, tout d’abord au Dr Behlia pour son écoute, sa bienveillance, son professionnalisme, sa douceur et pour tout ce qu’il a œuvré pour mettre en place la naissance de Timeo de manière la plus douce possible.

Un grand merci aussi à toute l’équipe présente de près ou de loin lors de ce moment Magique et Inoubliable !!!

YMF1